Étrange loisir...

 :: Archives :: Code

Aller en bas

Étrange loisir...

Message  Primate le Jeu 23 Aoû - 15:37

Alan s'assied sur l'épais sofa du salon feutré de la planque qu'il occupait encore, un verre de gin en main.

Il branche la tv d'une main distraite, soupirant et roulant des épaules pour faire passer cette douleur à l'épaule. L'écran s'illumine comme il fait tinter les glaçons dans son verre, révélant le journal du prime time, et le visage avenant de Rob Mahogany. Le présentateur vedette de la WCOC entame son journal, abreuvant l'esprit cotonneux d'Alan d'une cascade d'informations aussi diverses qu'anodines.

Laissant ses pensées dériver, Alan se surprend à penser à Anna, mais bientôt un article de Mahogany le tire brusquement de sa rêverie. Se redressant, il monte le volume de sa tv, attentif.

-Oui et tandis que les terroristes à l’origine de l'attentat du mall n'ont toujours pas été identifié par la MCPD, nous avons enfin obtenu une vidéo de ce justicier qui sévit actuellement en ville, celui qui, rappelez-vous a été taxé d'avoir malmené le gang Pourpre ! L'un de nos plus vaillants reporters a en effet pu surprendre ce sombre héros en pleine action. La suite... En image !

-Merde... Maugréé Alan, posant maladroitement son verre sur la table basse.

A l'écran, on distingue un film tourné caméra à l'épaule. Il fait nuit, et on entend deux hommes chuchoter. La ruelle filmée est sombre, et la caméra monte le long d'un immeuble insalubre jusqu'à une fenêtre du troisième étage. On distingue de la lumière, qui baigne l'escalier de secours extérieur d'une vague lueur orange et maladive. Quelques secondes passent, lorsque soudain on entend des bruits de lutte en haut, suivis d'un bruit assourdissant et d'un flash de lumière verte, qui filtre par la fenêtre ouverte et aveugle un peu l'objectif. Le son est strident, bref, sec. Des cris retentissent, et plusieurs hommes se jettent par la fenêtre, se cognant à la rambarde métallique de l'escalier de secours. L'un d'entre eux tire des coups de feu vers l'intérieur de l'appartement tandis que ses acolytes descendent quatre à quatre l'escalier de secours.

Ils glissent le long de l’échelle de secours lorsqu'en haut, leur camarade se prend une balle, et s'effondre sur le flanc, en hurlant de douleur.

C'est alors qu'une silhouette sombre, gracile et leste, se hisse par la fenêtre comme un fauve prêt à bondir.

Les fuyards tirent à l'aveuglette vers l'homme en noir, qui esquive les tirs en effectuant un saut ahurissant, qui se termine souplement en bas de l'immeuble.

On entend le caméraman s'exclaffer à voix basse : "Shit, ça fait trois étages putain ! Comment il a fait ?"

L'un des tireurs tente d'arroser l'homme en noir de plomb comme son camarade fuit à toute jambe vers la ruelle avoisinante. L'homme en noir esquive les tirs d'une simple roulade sur le côté, exécutée avec une grâce inhumaine et une vivacité fulgurante -la caméra peine à le suivre- puis tire une seule fois vers le malfrat, qui s'effondre, une balle logée dans la cuisse.

Des crissements de pneus se font alors entendre dans la ruelle où s'était échappé le dernier fuyard, et la vive lueur des phares vient soudain éclairer l'homme en noir, en plein sur la trajectoire du véhicule.

-Il va se faire tuer! Dis le caméraman, affolé

Mais l'homme en noir, au lieu de tenter d'esquiver, avance d'un pas lent et sur vers la voiture qui lui fonce dessus. Il sort du cadre de la caméra lorsqu'il disparaît dans l'angle de la ruelle.

-Merde merde ! Rugit le caméraman qui cours pour s'approcher. Son comparse le presse, bien qu'on ne le voit pas.

Soudain le même son strident se fait entendre, comme si la foudre s'était abattu dans la ruelle. La lueur verte est si vive que la caméra est saturée. On entend les cris de surprise des journalistes, et les meuglements plaintifs de la voiture foudroyée. Le moteur capote un peu, comme s'il tournait dans le vide, puis se tait.

Un silence de mort s'installe et lorsque la caméra fonctionne enfin, on aperçoit le justicier sortir de la ruelle.

-Planque toi ! Souffle le caméraman

Avant que l'homme en noir ne saute d'un bond félin sur le niveau deux de l'escalier de secours voisin, et ne disparaisse dans la nuit, la caméra à le temps de filmer ses yeux...

Deux yeux verts luminescents.

Comme deux étoiles dans un ciel sans lune.

------

-Fin de la retransmission mes chers téléspectateurs, et maintenant...

Alan s'enfonce à nouveau sur le sofa, éteignant la tv d'une pression sur la télécommande.

Il soupire en disant :

-Au moins maintenant ils sauront ce que je fais pendant mes disparitions...[center]
avatar
Primate

Messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: Archives :: Code

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum